Pourquoi je ne porte plus de soutien-gorge, et ce que ça a changé !

Ce qui prime dans ma façon de m’habiller : le confort. J’ai supprimé au fil des années toutes les choses de mon dressing qui n’étaient pas confortables. J’ai commencé par les talons, que j’ai toujours détesté et qui m’ont toujours fait terriblement mal aux pieds. Puis j’ai retiré tous les vêtements trop serrés, mal coupés…

Jusqu’au jour où j’ai décidé de me débarasser pour de bon de l’objet par excellence qui me faisait souffrir au quotidien depuis 15 ans : le soutien-gorge.

Pourquoi porter un soutien-gorge ?

Depuis que j’ai commencé à m’intéresser au minimalisme, je questionne mes habitudes les plus ancrées, et le port du soutien-gorge en fait partie. Un jour je me suis clairement posé la question « pourquoi je porte des soutien gorge ? » et je n’ai pas trouvé de réponse.

A la base, j’ai commencé à en porter parce que ma puberté a un peu tardé à arriver… à moi les soutifs bien rembourrés qui faisaient illusion ! Et puis, une fois que ma poitrine a commencé à pousser, j’en ai porté parce que j’étais une fille et que c’était comme ça. Pourtant, j’ai toujours trouvé ça désagréable et même douloureux. J’ai une poitrine raisonnablement fournie (un 90C pour les intimes) mais très dense. Enfin, d’après les médecins, le mot approprié est « nodulaire ». Pour faire simple, elle n’est pas molle, il y a comme des noeuds dedans, et elle est régulièrement douloureuse. Le soutien gorge a donc toujours été une sorte d’instrument de torture, et depuis que je suis adolescente, la première chose que je faisais en rentrant chez moi c’était le retirer (avec un petit « hallelujah » qui résonnait dans ma tête).

Il y a deux ans, j’ai commencé à ne plus en porter tous les jours. D’abord uniquement chez moi, puis pendant mes jours de repos, puis plus régulièrement, jusqu’au jour où je me suis enfin demandé pourquoi j’en portais et que j’ai complètement arrêté.

J’ai aussi vu une évolution dans le type de soutien-gorge que je portais : d’abord rembourrés, puis vides avec armatures, puis triangles, puis bandeaux… j’étais à la recherche du soutien gorge qui ne me ferait pas mal, jusqu’à comprendre qu’il n’existait pas vraiment.

En de rares occasions il m’arrive d’en porter (décolleté trop prononcé, chemisier un peu transparent…) pour ne pas qu’on voit ma poitrine (j’ai quand même de la pudeur). Je porte également des brassières de sport pour courir ou faire des cours de fitness (je m’en passe pour des activités plus douces comme le reforcement ou le yoga).

Mais 99% du temps, rien. Et pour être honnête, c’est la liberté.

Ce qui a changé depuis que je ne porte plus de soutien-gorges

Ce que ça a principalement changé chez moi : ma façon de me tenir. Je me sens beaucoup plus à l’aise dans mes vêtements, je me sens plus libre de mes mouvements… logique : je me suis débarassée d’un accessoire qui me faisait mal toute la journée. Je me porte bien plus droite également… sans trop savoir pourquoi !

Je préfère également ma poitrine aujourd’hui : elle est moins douloureuse, se tient beaucoup mieux toute seule, elle est plus ronde et je préfère son aspect au naturel dans mes vêtements. Quand je porte un soutien-gorge aujourd’hui je me sens un peu déguisée, j’ai l’impression que ma poitrine n’est pas là où elle devrait être !

Et les tétons ? Oui, parfois ça se voit. Au début je me suis un peu renseignée sur les astuces pour que ça ne se voit pas. Je ne portais pas de soutien-gorge sous mes vêtements épais mais je continuais d’en porter sous un simple tee shirt. Et puis, j’ai beaucoup lu. Oui, sur les tétons ! Sur la symbolique, sur leur sexualisation. Et j’ai décidé que oui, j’en avais, et que oui, parfois ils se verraient, et que ce n’était pas à moi d’être gênée par ça mais bien à la personne qui me le ferait remarquer ! On ne fait jamais de remarque à un homme dont on voit les tétons… j’ai décidé que je méritais le même traitement. Et d’ailleurs on ne m’a jamais rien dit, même si je sens parfois des regards qui s’attardent un peu dessus.

J’ai bien conscience que pour beaucoup de femmes le soutien gorge apporte un certain bien être et même du confort! Pour moi c’était tout l’inverse, et je suis ravie d’avoir arrêté d’en porter… je crois même que ça a contribué à me faire enfin aimer ma poitrine ! J’ai donc eu envie de partager mon expérience avec les filles qui en ont envie mais qui n’osent pas sauter le pas !

Si vous souhaitez continuer la lecture sur le sujet… voici quelques blogueuses qui en parlent également :
→ Mon expérience no bra et slow bra / Pauline du blog Lovely and cheap
No Bra : pourquoi je ne porte plus de soutien-gorge / Gala
Un dossier hellocoton qui recence plusieurs articles sur le sujet 

Et vous le soutien gorge ? C’est-la-torture ou bien jamais-sans-mon-armature ?

Vanessa

29 ans et webmaster, sur Glitter je parle produit de beauté, partage mes recettes végétariennes préférées discute d’un peu de tout !

GlitterblogPourquoi je ne porte plus de soutien-gorge, et ce que ça a changé !