Edito – Octobre

12% de notre vie se passe au travail. C’est drôle, j’aurais dit plus. Quand j’étais enfant, mes parents insistaient sur l’importance de bien travailler à l’école, pour avoir une bonne situation. « Un travail qui te plait, pour lequel tu as envie de te lever le matin » me disaient-ils. Ils plaçaient le côté financier en deuxième position et ils avaient raison (ma banquière ne lit pas le blog), même si parfois il m’arrive de douter. Pourquoi n’ai-je pas fait des études de droit ? Ou une école d’ingénieur ou de commerce ? J’aurais pu avoir un salaire bien meilleur !

Des regrets à 30 ans ? Non, aujourd’hui, rare sont ceux qui gardent le même emploi toute leur vie. On a envie de changement, d’évolution, de voyage. Alors on mène des projets pour s’accomplir pleinement. On retourne à l’école à tout âge. On s’improvise restauratrice, créatrice de bijoux… Tout est possible du moment où les idées et la motivation sont là. Que ça fonctionne est une autre histoire mais l’aventure se tente.

On pense aussi beaucoup à notre bien-être personnel, on adapte notre planning à notre vie privée. Aujourd’hui, je ne suis certes pas riche mais je travaille avec des personnes agréables, j’ai un emploi du temps flexible et un boss arrangeant. J’envisage ma vie future plutôt sereinement. Ça vaut bien quelque chose tout ça non ?

Car la vraie question est de savoir ce que sont ces 12% de votre vie ? Du bonheur ? Du fun ? Du stress ? De l’ennui ?

En octobre, on parlera de la vie professionnel sur le blog. Comment on la perçoit, comment on la vit. Nous avons toutes les deux des parcours très différents, et des attentes différentes du monde du travail. Vanessa vous parlera reconversion, Ophélie vous parlera vocation et ambition professionnelle. Et on vous donnera quelques billes pour trouver sa voie.

Car c’est la santé paraît-il…

Ophélie

Journaliste cameraman dans la vie, j’aime la déco, la mode, le cinéma et par dessus tout aller au restaurant !! Je vous parle de tout ça sur Glitter, parce que la vie a parfois bien besoin de paillettes !

OphélieEdito – Octobre