Ciné – Dis Maîtresse !

Entre la pluie et les infos anxiogènes, mercredi, j’étais vraiment pas en forme et puis je suis tombée sur la bande-annonce de Dis Maîtresse ! J’étais toute émue en voyant ces petites têtes et je me suis dis que la seule solution pour retrouver foi en l’humanité était d’aller voir ce documentaire.
Ça allait être plus compliqué en réalité, je le savais bien, mais là n’est pas là question.
dis-maitresse-faire-parler-les-enfants-e1436821445113Suivre de jeunes enfants lors de la première année d’école, c’est le propos du docu avec un réalisateur, Jean-Paul Julliand, qui est loin d’être étranger à la question puisque la maîtresse, Géraldine, que l’on suit tout le long du film est sa propre fille. J’ai trouvé la démarche de ce papa tellement touchante (j’avais déjà les larmes au yeux à ce moment là… Je me suis dis que mon état était tout de même bien préoccupant, peut-être même étais-je enceinte ??).

Nous sommes à Vénissieux, dans le quartier des Minguettes, et c’est la rentrée scolaire, la première rentrée des classes pour ces tous petits qui n’ont même pas trois ans. Ça pleure, ça hurle, ça se roule par terre… A ce moment là j’avoue que l’agacement à pris le pas sur l’émotion du début ! (je me suis alors dis que je n’étais pas encore prête pour être mère, ce n’était pas un scoop mais une confortation)
dis-maitresse-coin-cuisineLe documentaire alterne moments live et voix off de la maîtresse Géraldine, ce qui est plutôt bien rythmé et agréable. J’ai beaucoup aimé le naturel de la voix off et le contenu de celle-ci : Géraldine nous explique comment elle accompagne ces enfants tout au long de cette première année, comment elle arrive petit à petit à les calmer, à les faire parler (même ceux dont le français n’est pas la langue maternelle), à leur apprendre la propreté. J’ai appris beaucoup de choses d’une part sur le métier de maîtresse (que je n’aurais jamais pu exercer !) et d’autre part sur les tous petits.

Là où le docu est pesant c’est au niveau de la BO qui est quasiment exclusivement constituée de…comptines ! Une, ça passe, au bout de la dixième…
Je finirai par dire que je regrette le manque de recherche esthétique… Dans une salle de classe, c’est tellement facile : des plans avec une amorce, des plans au sol… Ici, niet, c’est dommage.

Dis Maîtresse ! passe dans une seule salle à Lyon… Le Comoedia !

Ophélie

Journaliste cameraman dans la vie, j’aime la déco, la mode, le cinéma et par dessus tout aller au restaurant !! Je vous parle de tout ça sur Glitter, parce que la vie a parfois bien besoin de paillettes !

OphélieCiné – Dis Maîtresse !